Le COVID-19 est une maladie provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2.

Il peut se manifester de différentes manières, mais les symptômes les plus courants sont :

  • Symptômes d’affection aiguë des voies respiratoires (maux de gorge, toux (surtout sèche), insuffisance respiratoire, douleurs dans la poitrine)
  • Fièvre
  • Perte soudaine de l’odorat et/ou du goût

Maladie Covid 19Crédits: Morsa Images

Les symptômes suivants peuvent aussi apparaître :

  • Maux de tête
  • Faiblesse générale, sensation de malaise
  • Douleurs musculaires
  • Rhume
  • Symptômes gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhée, maux de ventre)
  • Éruptions cutanées

Les symptômes peuvent être de gravité variable ; ils peuvent aussi être faibles. Des complications de type pneumonie sont également possibles.

Si des symptômes de la maladie surviennent et vous inquiètent, contactez votre médecin.

Si vous présentez un ou plusieurs des symptômes fréquents énumérés ci-dessus, vous avez peut-être contracté le virus. En cas de symptômes respiratoires, porter un masque en intérieur contribue à protéger les autres.

Le COVID-19 est bénin chez la plupart des jeunes en bonne santé. Mais il peut parfois être grave, ou long, ou laisser des séquelles (perte du goût et/ou de l'odorat) même chez ceux qui n'appartiennent pas à un groupe à risques. Chez les jeunes en bonne santé, ces complications sont rares avec les variants Omicron.

En Suisse, la grippe saisonnière est à l’origine de 1'000 à 5'000 hospitalisations par an. Rien qu'en 2020, le COVID-19 a été à l'origine de l'hospitalisation de plus de 18'000 personnes; et depuis le début de la pandémie, de plus de 60'000 personnes.

Pour en savoir plus :

 Auto-évaluation coronavirus (site de l'OFSP)

Informations sur la situation actuelle et l'évolution de la pandémie en Suisse

Informations sur le coronavirus sur le site de l'OFSP

Surveillance des cas de COVID-19 dans les hôpitaux suisses

Long-term cardiovascular outcomes of COVID-19 (Nature, 7.2.2022)

1-year persistent symptoms and functional impairment in SARS-CoV-2 positive and negative individuals (Journal of Internal Medicine, 15.3.2022)

Comparative analysis of the risks of hospitalisation and death associated with SARS-CoV-2 omicron (B.1.1.529) and delta (B.1.617.2) variants in England: a cohort study (The Lancet, 16.3.2022)

Symptom prevalence, duration, and risk of hospital admission in individuals infected with SARS-CoV-2 during periods of omicron and delta variant dominance: a prospective observational study from the ZOE COVID Study (The Lancet, 7.4.2022)

Some people with COVID shed nearly 60 times as much virus as others (Nature Microbiology, 28.4.2022)

hospitalisations COVID 19 Suisse

Source: https://www.covid19.admin.ch/fr/epidemiologic/hosp?demoView=graph

 

Vaccins contre le COVID-19

La vaccination vise à assurer la protection directe des personnes vaccinées contre les évolutions sévères de la maladie, et à réduire ou prévenir les hospitalisations et les décès. Pour le moment, Swissmedic a autorisé les vaccins de Pfizer/BioNTech, Moderna, Janssen et Novavax.

Pour les deux premiers, il s'agit de vaccins à ARN messager, par injection directe d’un fragment du matériel génétique du virus (ARN messager), encapsulé dans des nanoparticules composées de divers lipides (liposomes). La technologie des vaccins à ARN messager est connue depuis une dizaine d’années, mais malgré son attrait (simplicité de concept, rapidité de développement, facilité de production) elle n'a pas pu bénéficier des investissements nécessaires avant la mobilisation résultant de la pandémie de COVID-19. Un vaccin bivalent (contenant la souche originale et le variant Omicron BA.1) est déjà disponible chez Moderna et Pfizer.

Pour le vaccin de Janssen, il s’agit d'un vaccin à vecteur viral reposant sur un adénovirus humain dont le code génétique a été modifié et tronqué, pour que le virus ne puisse pas se répliquer dans le corps humain. Ce vaccin n’est plus recommandé en 2022/2023.

Le vaccin protéique de Novavax (Nuvaxovid® – NVX-CoV2373) offre une bonne protection contre les formes sévères de la maladie et permet également d’éviter des infections symptomatiques légères. Seules quelques données concernant les variants Delta et Omicron ont été publiées à ce jour, mais elles sont bonnes tant en ce qui concerne la sécurité (moins de réaction à la vaccination) que des taux d’anticorps. En 2022/2023, ce vaccin est donc recommandé en Suisse en alternative aux vaccins à ARN.

Comme 97% de la population a déjà une immunité de base (après vaccination et/ou infection), une dose de vaccin à ARN ou de Nuvaxovid® suffit comme rappel même chez les personnes encore non vaccinées – à l’exception des personnes à risques élevés auxquelles 2 doses restent recommandées.

Le rappel de l’automne 2022 est recommandé (dès 12 ans, mais particulièrement à ceux en priorité aux personnes de plus de 65 ans et aux personnes vulnérables de plus de 16 ans), ainsi qu’aux professionnels de la santé - au moins 4 mois après le dernier vaccin ou la dernière infection connue. Les adultes de plus de 16 ans en bonne santé peuvent recevoir un rappel si ils le souhaitent pour des raisons personnelles, sachant que les vaccins actuels sont essentiellement efficaces contre les complications du COVID-19 – qui sont rares dans cette population.

Matériel d’informations sur le vaccin contre le COVID-19 : Fiches d’information (OFSP)

 

Recommandations pour les personnes vulnérables, à risque accru de complications

La vaccination est à recommander instamment dès que possible, en concertation avec le médecin traitant, pour les adultes de plus de 65 ans et les personnes vulnérables avec une maladie chronique présentant le des risques le plus élevés de complication. La définition précise figure dans les recommandations vaccinales, qui sont régulièrement actualisées.

Le rappel, gratuit, doit être effectué au moins quatre mois après la dernière vaccination ou infection connue.

Aucune vaccination de rappel n’est recommandé aux enfants et aux jeunes de moins de 16 ans.

Recommandation de vaccination contre le COVID-19 pour l'automne 2022 (29.11.2022)

 Swissmedic approuve le vaccin bivalent de Pfizer contre le COVID-19 pour la vaccination de rappel (10.10.2022)

Coronavirus : documents actualisés pour les professionnels de la santé (OFSP)

Il n’y a qu’une seule contre-indication à la vaccination: une allergie sévère selon critères de la Société Suisse d'allergologie.

Un vaccin récent n'est pas une contre-indication à un vaccin contre le COVID-19.

Si une dose du vaccin d'AstraZeneca a déjà été administrée à l'étranger, il est possible d'administrer la deuxième dose avec un vaccin à ARN messager.

 

 

Degré de protection des vaccins contre le COVID-19

Selon les données analysées par l’Institut suisse des produits thérapeutiques fin 2020, la protection vaccinale est supérieure à 90% deux semaines après la seconde injection avec les vaccins à ARN messager. Avec le vaccin de Janssen, dès 4 semaines après la vaccination d’adultes entre 18 et 74 ans, l’efficacité vaccinale atteint 66.9% (IC à 95% : 59-73) contre l’infection et 85.4% (IC à 95% 54-97) contre les COVID sévères ou critiques. On ne peut pas encore exclure qu'une vaccination périodique soit nécessaire pour les personnes à risques, comme c'est le cas avec la grippe.

Différentes études indiquent que le variant Omicron est davantage susceptible d’infecter une personne vaccinée ou guérie que les variants précédents. Ces données indiquent que la protection contre une infection symptomatique avec Omicron diminue à environ 10 % cinq mois après l’immunisation de base avec Comirnaty® (Pfizer). Une vaccination de rappel permet d’augmenter rapidement cette protection à env. 70 %, mais elle retombe à environ 45-50 % après 2 à 3 mois. Des données provenant de plusieurs pays indiquent que la protection contre les hospitalisations après la deuxième dose ne s’élève plus qu’à environ 50 % après 4 mois (36 % à 70 % selon l’étude). Après la vaccination de rappel, l’efficacité contre les hospitalisations dues au variant Omicron remonte à environ 90 % ; après trois à quatre mois, elle n’a que légèrement diminué (env. 75-80 %). Ainsi, le variant Omicron ne diffère pas des précédents dans ce domaine : la vaccination offre une meilleure protection contre les évolutions graves et les hospitalisations que contre les infections symptomatiques. La durée limitée de l’immunité après infection ou vaccination justifie d’offrir une dose de rappel à l’automne 2022 à toutes les personnes avec un risque accru de complications, y compris les femmes enceintes.
 
effectiveness of COVID vaccines Nov2022 Pfizer
effectiveness of COVID vaccines Nov2022 Moderna 
Vaccine effectiveness against symptomatic diseases by period after dose 1 and dose 2 for Delta (black squares) and Omicron (grey circles) for recipients of 2 doses of Pfizer vaccine (BNT162b2) as the primary course, and Pfizer or Moderna as a booster, or for 2 doses of Moderna vaccine (mRNA-1273) as the primary course, and Pfizer or Moderna as a booster. Source: UK Health Security Agency COVID-19 vaccine surveillance report Week 44
 
 
 
 

Effets secondaires connus des vaccins contre le COVID-19

Dans les jours qui suivent la vaccination, certains effets secondaires peuvent se produire et disparaissent dans la plupart des cas en quelques jours. Il n'y pas plus de réactions après les rappels qu’après la 2ème dose.

Les effets secondaires les plus fréquents comprennent :

des réactions au point de piqûre, comme des douleurs, des rougeurs et des gonflements ;
des maux de tête, de la fatigue ;
des douleurs musculaires et articulaires ;
des symptômes généraux légers, tels que des frissons, une sensation de fièvre ou fièvre.

Des cas d’urticaire après l’administration du rappel ont été signalés.

En ce qui concerne les allergies sévères, leur incidence est d'environ 1 pour 100’000 (pour le vaccin de Pfizer/BioNTech). Si vous souhaitez être protégé contre le COVID-19 mais que vous avez fait une réaction allergique forte (anaphylaxie) dans le passé, parlez-en à votre médecin pour déterminer dans quelles conditions vous pourriez être vacciné. PDF - SSAI: Recommandations pour vaccins contre COVID 19 en cas d'allergies

Vaccins contre le COVID-19 et réactions allergiques, y compris anaphylaxies à l’attention des professionnels de santé: Premières conclusions relatives aux réactions allergiques (Swissmedic, 29.01.2021)

Information à l’attention des professionnels de santé concernant les rougeurs et gonflements pouvant apparaître environ une semaine après la vaccination (Swissmedic, 19.2.2021)

Des myocardites et des péricardites ont été signalées en association avec les vaccins à ARNm contre la COVID-19. Mais les avantages de la vaccination continuent de l’emporter sur tous les risques éventuels.

Vaccins à ARNm contre la COVID-19 (COVID-19 Vaccine Moderna et Comirnaty): Risque de myocardite et de péricardite (Swissmedic, 13.8.2021)

 Comparative risk of thrombosis with thrombocytopenia syndrome or thromboembolic events associated with different covid-19 vaccines: international network cohort study from five European countries and the US (BMJ, 26.10.2022)

 

 Déclarations d’effets indésirables présumés de vaccins contre le Covid-19 évaluées en Suisse: mise à jour (Swissmedic, 25.11.2022)

Analyse de la relation entre fertilité et vaccination contre le COVID-19 (SwissMedic 30.9.2022)

Effets indésirables de la vaccination après une vaccination contre le COVID-19 (OFSP - 29.11.2022)

 

Recommandation de vaccination contre le COVID-19 pour l'automne 2022 (29.11.2022)