Les sels d'aluminium (hydroxyde d'aluminium, phosphate d’aluminium, et sulfate de potassium et d'aluminium) sont utilisés comme adjuvants dans certains vaccins, afin d’améliorer la réponse immunitaire. Une fois le vaccin injecté à une personne à l’aide d’une seringue, ces adjuvants servent à «retenir» les antigènes (les composants actifs du vaccin) au point d'injection et à y attirer les cellules du système immunitaire pour améliorer l’efficacité du vaccin.

Ces sels d’aluminium sont utilisés depuis plus de 90 ans dans les vaccins: des millions de doses avec ces adjuvants ont donc été administrées. Et de très nombreux articles scientifiques ont été publiés à leur sujet. Les articles de revues qui analysent ces publications arrivent à la conclusion que les vaccins contenant ces sels d'aluminium – comparativement aux vaccins sans aluminium – entraînent plus souvent des douleurs au point d'injection: ils peuvent également provoquer une rougeur, une douleur et/ou un gonflement temporaires. Occasionnellement, un petit nodule peut se développer au point d’injection. Mais ces revues n'ont pas établi de lien avec des effets secondaires durables ou graves (1, 2), ni avec un taux accru d'allergies ou de maladies immunitaires (3-6). L'aluminium contenu dans les vaccins est éliminé par l'organisme de la même manière que celui contenu dans les aliments (voir plus bas).

L'aluminium dans les vaccins et l’alimentation

De nombreux aliments et boissons contiennent de faibles quantités d’aluminium, y compris les fruits et légumes, la bière et le vin, les assaisonnements, la farine, les céréales, les noix, les produits laitiers, les préparations pour nourrissons et le miel. Par leur alimentation, les adultes ingèrent environ 7 à 9 milligrammes (millièmes de gramme) d'aluminium par jour. Au cours de leurs six premiers mois de vie, les nourrissons ingèrent environ 7 milligrammes d’aluminium à travers le lait maternel (environ 38 milligrammes s’ils consomment du lait en poudre, et environ 117 milligrammes s’ils sont nourris avec du lait de soja).

Pour leur part, les vaccins actuellement sur le marché contiennent entre 0,125 et 0,85 milligrammes d’aluminium par dose. Par conséquent, par le biais des vaccinations recommandées, les nourrissons ne reçoivent qu’environ 4,5 milligrammes d'aluminium au cours des six premiers mois de vie.

Que devient l'aluminium dans notre corps?

Nous sommes nés avec de l'aluminium déjà stocké dans notre corps et nous continuons à en ajouter en mangeant, en buvant, en recevant certains vaccins et en prenant certains médicaments. Même si nous consommons régulièrement des aliments et des boissons contenant de l'aluminium, seule une petite quantité d'aluminium circule dans le flux sanguin par digestion, le reste sort avec les selles.

L'aluminium qui pénètre dans notre circulation sanguine – tout comme celui contenu dans certains vaccins – est rapidement traité et éliminé par les reins avec l'urine. La petite quantité qui reste dans notre corps est principalement stockée dans nos os, nos poumons et notre cerveau.

 

Source

Vaccine Ingredients - Aluminum. Children’s Hospital of Philadelphia. https://www.chop.edu/centers-programs/vaccine-education-center/vaccine-ingredients/aluminum

 

Références

1) Willhite CC, Karyakina NA, Yokel RA, Yenugadhati N, Wisniewski TM, Arnold IM, et al. Systematic review of potential health risks posed by pharmaceutical, occupational and consumer exposures to metallic and nanoscale aluminum, aluminum oxides, aluminum hydroxide and its soluble salts. Crit Rev Toxicol. 2014; 44 Suppl 4:1-80.

2) Jefferson T, Rudin M, Di Pietrantonj C. Adverse events after immunisation with aluminium-containing DTP vaccines: systematic review of the evidence. Lancet Infect Dis. 2004; 4(2):84-90.

3) Gruber C, Illi S, Lau S, Nickel R, Forster J, Kamin W, et al. Transient suppression of atopy in early childhood is associated with high vaccination coverage. Pediatrics 2003; 111(3):e282-8.

4) DeStefano F, Gu D, Kramarz P, Truman BI, Iademarco MF, Mullooly JP, et al. Childhood vaccinations and risk of asthma. Pediatr Infect Dis J 2002; 21(6):498-504.

5) Nilsson L, Kjellman NI Bjorksten B. Allergic disease at the age of 7 years after pertussis vaccination in infancy: results from the follow-up of a randomized controlled trial of 3 vaccines. Arch Pediatr Adolesc Med 2003; 157(12):1184-9.

6) Nilsson L, Kjellman NI Bjorksten B. A randomized controlled trial of the effect of pertussis vaccines on atopic disease. Arch Pediatr Adolesc Med 1998; 152(8):734-8.