Le zona est la conséquence de la réactivation du virus varicelle-zona (VVZ). Toute personne qui a déjà eu la varicelle peut développer un zona. On estime qu’une personne sur quatre fera au moins un épisode de zona dans sa vie.

Attaque de zona sur le front et sur l'oeil
Photo: Burntfingers, Licence Creative Commons

La réactivation du virus est plus fréquente chez les personnes âgées ou chez les personnes immunodéprimées ou âgées. La sévérité du zona et de ses complications augmente aussi chez les personnes de plus de 50 ans.

Le zona se manifeste sous forme d’éruption cutanée douloureuse qui, après quelques jours, sèche en formant des croûtes qui finissent par tomber. L’éruption est accompagnée par une forte sensation de brûlure et/ou des douleurs. Les complications du zona aigu peuvent être graves, en particulier lors d’infections oculaires, celles-ci comportant un risque de cécité si aucun traitement n’est entrepris. Un état douloureux chronique peut aussi apparaître des semaines ou des mois après un zona. Chez 20% des malades de plus 65 ans, cet état perdure plus de 3 mois (névralgies post-zostériennes).

En Suisse, plus de 20 000 consultations médicales par an sont liées au zona – la moitié concernent des personnes de plus 65 ans.


Pour en savoir plus :

Déclarations de cas de suspicion d’herpès zoster et de névralgies post-zostérienne (lien externe)

 

Vaccin contre le zona

Le vaccin contre le zona contient des virus de la varicelle, très fortement dosé pour réactiver l’immunité des personnes ayant développé une varicelle dans le passé mais n’ayant plus de défenses suffisantes.

La vaccination nécessite une seule dose.

Ce vaccin n’est pas remboursé par l’assurance obligatoire de base et il coûte environ CHF 160.-

 

La vaccination contre le zona est recommandée depuis 2018 aux personnes entre 65 et 79 ans souhaitant diminuer leur risque de zona.

 

Recommandations pour personnes à risques accrus de complications :

  • Personnes âgées de 50 à 79 ans pour lesquelles un traitement immunosuppresseur est prévu dans un futur proche.

Cette recommandation doit faire l’objet d’une évaluation précise des risques (âge, présence de polymorbidité et de polymédication) et des bénéfices attendus de la vaccination contre le zona et si nécessaire d’un conseil auprès d’un spécialiste en immunologie et/ou vaccinologie.

carnet de vaccination électronique

Il n'est jamais trop tard pour rattraper une ou plusieurs vaccinations. N'hésitez pas à faire vérifier votre carnet de vaccination par un professionnel qui saura vous conseiller. Vous pouvez d’ailleurs commencer ce bilan tout de suite : ouvrez un carnet de vaccination électronique sur www.mesvaccins.ch, indiquez les informations qui vous concernent et enregistrez les vaccins que vous avez reçus (ou bien demandez à DATAVAC de le faire pour vous) : un logiciel expert vous signalera automatiquement (points rouges) les maladies contre lesquels vous n’êtes pas encore – ou plus du tout – protégé.

 

Degré de protection du vaccin contre le zona

Trois ans après la vaccination, environ 51% des cas de zona et 67% des cas de névralgies post-zostériennes sont évités chez les personnes en bonne santé de plus de 60 ans. Entre quatre et sept ans après la vaccination, l’efficacité du vaccin diminue: environ 40% de cas de zona évités, et 60% de névralgies post-zostériennes évitées.
Sept à dix ans après la vaccination, ces taux de protection diminuent respectivement à 21% et à 35%.

 

Effets secondaires connus du vaccin contre le zona

Dans le monde, plus de 30 millions de doses de Zostavax® ont déjà été distribuées. Des réactions locales au point d’injection (douleur, œdème ou rougeur) affectent environ une personne sur deux, mais la plupart de ces réactions disparaissant complètement en quatre jours. Environ 6% des personnes vaccinées ressentent des maux de tête passagers.


Pour en savoir plus :

PDF - Recommandations vaccination contre le zona (herpès zoster) (2017)

PDF - Évaluation de la vaccination contre le zona (herpès zoster) (2015)