La varicelle est provoquée par le virus de la varicelle-zona. Elle se transmet de personne à personne, et est très contagieuse. La varicelle s’attrape le plus souvent durant l’enfance. Elle se manifeste par de la fièvre, de la fatigue, et des boutons qui débutent sous forme de taches rouges et qui démangent. Puis les boutons deviennent des vésicules qui finissent par se dessécher en formant des croûtes et en laissant parfois des cicatrices.

Visage d'enfant avec des boutons de varicelle
Photo: Thomas Netsch

La varicelle de l’enfant est une maladie désagréable, mais généralement bénigne. Le risque de complications est beaucoup plus élevé si la varicelle est attrapée à l’âge adulte. En Suisse, on estime chaque année à environ 3 000 les cas de varicelle chez des personnes de plus de 16 ans, dont 60-70 doivent être hospitalisées à cause de complications.

Les complications sont des infections bactériennes de la peau, des pneumonies, des méningites et des encéphalites (inflammation du cerveau) qui peuvent être graves, voire mortelles. Si l’on considère 100 000 malades, 2 enfants mourront des complications liées à la varicelle – le nombre de décès s’élevant à 30 lorsque les malades ont plus de 16 ans.

La persistance du virus dans le corps peut aussi entraîner l’apparition d‘un zona, souvent des années plus tard.

Enfin, la varicelle représente un risque très important pour les femmes enceintes (pneumonie grave, malformation du foetus), les nouveau-nés et certains malades dont le système immunitaire est affaibli.

En Suisse, la vaccination contre la varicelle n’est actuellement pas recommandée aux jeunes enfants. Le risque de varicelle est donc très élevé pour les personnes adultes non immunisées.

 

Vaccin contre la varicelle

Le vaccin contre la varicelle contient des virus vivants atténués pour induire de bonnes défenses immunitaires sans provoquer la maladie.

La vaccination nécessite 2 doses avec un intervalle minimum d’un mois.

 

La vaccination contre la varicelle est recommandée

  • aux adolescents entre 11 et 15 ans
  • aux jeunes adultes (jusqu’à 40 ans) qui n’ont pas encore attrapé la varicelle et qui ne sont donc pas encore protégés.

Si vous n'êtes pas certain d'être immunisés contre la varicelle, contactez votre médecin ou un professionnel de santé qui saura vous renseigner.

 

Recommandations pour personnes à risque accru de complications

  • Enfants avec eczéma sévère
  • Leucémies, lymphomes, myélomes
  • Immunosuppression médicamenteuse (transplantation, maladies chroniques)
  • Infection à VIH asymptomatique ou sans immunosuppression

 

Recommandations pour personnes à risque accru d'exposition et/ou de transmission

  • Personnel médical et personnel soignant
  • Entourage familial des personnes à risque élevé de complications

carnet de vaccination électronique

Il n'est jamais trop tard pour rattraper une ou plusieurs vaccinations. N'hésitez pas à faire vérifier votre carnet de vaccination par un professionnel qui saura vous conseiller. Vous pouvez d’ailleurs commencer ce bilan tout de suite : ouvrez un carnet de vaccination électronique sur www.mesvaccins.ch, indiquez les informations qui vous concernent et enregistrez les vaccins que vous avez reçus (ou bien demandez à DATAVAC de le faire pour vous) : un logiciel expert vous signalera automatiquement (points rouges) les maladies contre lesquels vous n’êtes pas encore – ou plus du tout – protégé.

 

Degré de protection du vaccin contre la varicelle

Le vaccin protège à 80% contre toutes les formes de varicelle et à 90% contre les varicelles graves ou compliquées. Ainsi, la plupart des personnes vaccinées ne développeront pas la varicelle. Les autres auront une varicelle atténuée: elles auront moins de fièvre, moins de boutons et guériront plus rapidement que si elles n’avaient pas été vaccinées. La vaccination nécessite 2 doses de vaccin contre la varicelle à au moins 4 semaines d’intervalle. Le vaccin contre la varicelle peut être administré en même temps que d’autres vaccins.

 

Effets secondaires connus du vaccin contre la varicelle

La vaccination contre la varicelle est généralement bien supportée. Une rougeur et une sensation douloureuse peuvent apparaître à l’endroit de l’injection (1 personne sur 3-5), mais elles disparaissent rapidement. Une poussée de fièvre (1 personne sur 10-20) ou quelques boutons de varicelle (1 personne sur 20-25) peuvent apparaître entre le 7e et le 21e jour suivant l’injection.

Les autres effets indésirables (pneumonie par exemple) sont extrêmement rares. D’autres problèmes ont été rapportés après ce vaccin, mais si rarement (moins de un par 100 000 ou un million) qu’il est difficile de déterminer si le vaccin est en cause ou non.


Pour en savoir plus :

PDF - Fiche sur la vaccination contre la varicelle (2010)

PDF - Recommandations vaccination contre la varicelle (2004)

PDF - Vaccination des femmes en âge de procréer (2006)