Les pneumocoques sont des bactéries qui peuvent engendrer de nombreuses maladies plus ou moins graves :

  • des otites moyennes, désagréables mais ne menaçant pas la vie,
  • des pneumonies pouvant provoquer des complications respiratoires,
  • des méningites et infections généralisées du sang (septicémie) pouvant être mortelles.
Ponction lombaire chez un nouveau-né infecté par des pneumocoques
Ponction lombaire chez un nouveau-né infecté par des pneumocoques.
Image: Bobjgalindo, Licence Creative Commons

Depuis que le risque de méningite des nourrissons a été contrôlé par la vaccination contre Haemophilus influenzae b (Hib), les pneumocoques sont la première cause de méningites des enfants de moins de 5 ans.

On estime que les pneumocoques provoquent chaque année en Suisse plus de 1 000 maladies graves (méningites ou septicémies), dont 70 chez des enfants de moins de 5 ans (plus 1600 pneumonies et 1 à 3 décès avant 5 ans). Les infections à pneumocoques sont aussi dangereuses pour certains malades (maladies cardiopulmonaires chroniques, diabète sucré de l’adulte, insuffisance rénale, infection à VIH, splénectomie fonctionnelle ou anatomique, troubles immunologiques impliquant un défaut de réponse immunitaire aux antigènes polysaccharidiques, etc.)


Pour en savoir plus :

PDF - Maladies à pneumocoques en Suisse en 2012

Maladies infectieuses à déclaration obligatoire - Nombre de cas hebdomadaires

 

Vaccin contre les pneumocoques

Le vaccin contre les pneumocoques contient un sucre de la capsule de la bactérie, conjuguée à une protéine porteuse. Plusieurs sucres conjugués sont combinés pour augmenter l’efficacité du vaccin. Son action est soutenue par un sel d’aluminium.

La vaccination nécessite une ou plusieurs doses selon l’âge et l’état de santé.

 

Recommandations pour toutes et tous

La vaccination contre les pneumocoques est recommandée aux bébés dès l’âge de 2 mois et jusqu’à 5 ans que leurs parents souhaitent protéger contre les infections à pneumocoques (méningites, pneumonies, infections du sang).

Le nombre de doses nécessaires (1 à 3) dépend de l’âge de l’enfant.

 

Recommandations pour sujets à risques accrus de complications

La vaccination contre les pneumocoques est recommandée aux personnes de tout âge (dès 2 mois de vie) présentant une grande vulnérabilité aux pneumocoques. Ces catégories de personnes sont définies par les problèmes suivants:

  • Maladies chroniques:
    • insuffisance cardiaque avancée
    • maladie pulmonaire obstructive
    • asthme sévère
    • bronchiectasies par manque d'anticorps
    • insuffisance rénale avancée (clearance < 30ml/min)
    • syndrome néphrotique
    • cirrhose hépatique
    • absence de la rate ou maladie empêchant son bon fonctionnement (anémie falciforme)
    • diabète mal équilibré avec insuffisance cardiaque ou rénale.
  • Cancers: leucémies, lymphomes, myélomes
  • Transplantation: candidats ou receveurs d'une transplantation d'organe solide, et receveurs de cellules souches hématopoïétiques
  • Troubles immunitaires:
    • maladie auto-immune exigeant vraisemblablement une immunosuppression
    • traitement immunosuppresseur (y compris radiothérapie)
    • infection à VIH
    • déficits immunitaires (notamment immunodéficience commune variable et défaut de réponse aux polysaccharides)
  • Prématurés nés avant 33 semaines (ou 1500 g)
  • Implant cochléaire (en place ou prévu)
  • Fracture ou malformation de la base du crâne

carnet de vaccination électronique

Il n'est jamais trop tard pour rattraper une ou plusieurs vaccinations. N'hésitez pas à faire vérifier votre carnet de vaccination par un professionnel qui saura vous conseiller. Vous pouvez d’ailleurs commencer ce bilan tout de suite : ouvrez un carnet de vaccination électronique sur www.mesvaccins.ch, indiquez les informations qui vous concernent et enregistrez les vaccins que vous avez reçus (ou bien demandez à DATAVAC de le faire pour vous) : un logiciel expert vous signalera automatiquement (points rouges) les maladies contre lesquels vous n’êtes pas encore – ou plus du tout – protégé.

 

Degré de protection du vaccin contre les pneumocoques

Recommandé en Suisse depuis 2006, le vaccin conjugué 7-valent a permis de diminuer de 50% le nombre de maladies graves à pneumocoques chez les enfants de moins de deux ans. En 2011, il a été remplacé par un vaccin 13-valent (Prevenar® 13). Ce nouveau vaccin est aussi efficace et bien toléré que le 7-valent mais il protège contre 13 types de pneumocoques en tout – ce qui représente 75 à 90% de tous les pneumocoques responsables des maladies graves des jeunes enfants. L’efficacité du vaccin conjugué contre les pneumocoques est très élevée (>95%).

 

Effets secondaires connus du vaccin contre les pneumocoques

Le vaccin conjugué contre les pneumocoques a été développé spécialement pour les nourrissons. Il est en général très bien supporté. Parmi les effets secondaires peuvent survenir un état fébrile (1 à 2 enfants sur 10) ou une réaction locale avec rougeur ou tuméfaction douloureuse au site d’injection (1 à 2 enfants sur 10 vaccinés). Une fièvre supérieure à 39°C survient chez 1 à 3 enfants sur 100. Si la fièvre est très élevée, une convulsion fébrile peut apparaître. Il est donc important de contrôler la température de l’enfant après la vaccination. Ces effets secondaires désagréables et passagers ne sont rien en comparaison des bénéfices d’une protection contre les pneumocoques.


D’autres problèmes ont été rapportés après cette vaccination, mais si rarement (1 par 100 000 ou un million) qu’il est difficile de dire si le vaccin est en cause ou s’il s’agit d’une coïncidence. Il est important de savoir que ce vaccin ne surcharge pas le système immunitaire et qu’il n’augmente pas le risque de développer des allergies ou d’autres maladies plus tard dans la vie.


Pour en savoir plus :

PDF - Fiche sur la vaccination contre les pneumocoques (2014)

PDF - Couverture vaccinale des enfants âgés de 2, 8 et 16 ans en Suisse (2014-2016)

 PDF - Recommandations vaccination contre pneumocoques (PCV13) (2010)