Les oreillons sont provoqués par un virus (de la famille des Paramyxovirus) qui fait gonfler les glandes salivaires, donnant l’apparence d’avoir les joues d’un hamster. La maladie est souvent bénigne et les symptômes disparaissent en une semaine. Les complications des oreillons sont :

Jeune homme avec une grosse enflure sous l'oreille
Photo: Centers for Disease Control and Prevention
  • les méningites (infection de l’enveloppe du cerveau),
  • la surdité (qui peut être transitoire ou permanente),
  • l’inflammation des testicules, fréquente après la puberté et très douloureuse.

Malgré les progrès dus à la vaccination, le risque d’épidémies d’oreillons est encore élevé en Suisse.


Pour en savoir plus :

Déclarations de cas de suspicion d’oreillons par les médecins de famille dans le système de déclaration suisse Sentinella

 

Vaccin contre les oreillons

Le vaccin contre les oreillons est un vaccin vivant atténué pour induire une bonne immunité sans provoquer la maladie. La vaccination contre les oreillons est combinée à la vaccination contre la rougeole et la rubéole (ROR). Le vaccin ROR ne contient pas d’aluminium.

Deux doses de vaccin sont nécessaires pour une protection probablement à vie.

 

La vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est recommandée aux enfants dès l’âge de 12 mois. Elle est possible dès 9 mois, ou même dès 6 mois si les risques sont très élevés. La vaccination est aussi recommandée aux adolescents et aux adultes nés après 1963 qui ne sont pas encore vaccinés.

 

Recommandations pour personnes à risques accrus d'exposition et/ou de transmission

Les personnes en contact avec de jeunes enfants (crèches, écoles) et les professionnels de santé sont particulièrement à risque d’être exposé ou de transmettre les oreillons. Il convient donc de s’assurer qu’ils ont bien reçus deux doses de vaccins efficaces contre les oreillons.

carnet de vaccination électronique

Il n'est jamais trop tard pour rattraper une ou plusieurs vaccinations. N'hésitez pas à faire vérifier votre carnet de vaccination par un professionnel qui saura vous conseiller. Vous pouvez d’ailleurs commencer ce bilan tout de suite : ouvrez un carnet de vaccination électronique sur www.mesvaccins.ch, indiquez les informations qui vous concernent et enregistrez les vaccins que vous avez reçus (ou bien demandez à DATAVAC de le faire pour vous) : un logiciel expert vous signalera automatiquement (points rouges) les maladies contre lesquels vous n’êtes pas encore – ou plus du tout – protégé.

 

Degré de protection du vaccin contre les oreillons

La vaccination combinée rougeole-oreillons-rubéole (ROR) est très efficace. Après deux doses de vaccin, environ 85% des personnes sont protégées contre les oreillons. Attention: une seule dose de vaccin ne protège au mieux qu’à 60% environ.

La protection dure toute la vie chez la plupart des personnes complètement vaccinées. Même si une personne a déjà eu la rubéole ou la rougeole, elle peut se faire vacciner avec le vaccin ROR. Ses anticorps inactiveront immédiatement la ou les composante(s) inutile(s) du vaccin et seules celles qui sont nécessaires stimuleront les défenses immunitaires afin d’obtenir la protection recherchée.

 

Effets secondaires connus du vaccin contre les oreillons

Les vaccins ROR ont été développés de façon à avoir la meilleure efficacité et la meilleure tolérance possible. Une réaction cutanée à l’endroit de la piqûre est possible, mais rare.

Environ 1 enfant sur 10 réagit avec de la fièvre, parfois (2-4 cas sur 100) avec des plaques rouges sur la peau ou un gonflement des glandes salivaires. Lorsque ces réactions surviennent, elles apparaissent environ 7 à 12 jours après la vaccination.

Si la fièvre est très élevée, elle peut provoquer une convulsion fébrile chez environ 1 enfant sur 3 000: il est donc important de contrôler la température.

Le vaccin ROR peut provoquer une baisse transitoire des plaquettes sanguines (environ 1 enfant sur 30 000), avec un risque de saignements (hématomes sous la peau en particulier) – mais le risque de développer cette complication suite à la vaccination est beaucoup plus rare que le risque qui existe si on attrape la rougeole ou la rubéole (1 enfant sur 1 000).

Les effets indésirables graves sont extrêmement rares (moins de 1 par million). D’autres problèmes ont été rapportés après ces vaccinations, mais si rarement (moins de un par cent mille ou par million) qu’il est difficile de déterminer si le vaccin est en cause ou non. Les vaccins ROR ne surchargent pas le système immunitaire et n’augmentent pas le risque de développer des allergies, l’autisme, ni des maladies inflammatoires ou auto-immunes.


Pour en savoir plus :

PDF - Fiche sur la vaccination rougeole-oreillons-rubéole (2016)

PDF - Couverture vaccinale des enfants âgés de 2, 8 et 16 ans en Suisse (2014-2016)

PDF - Recommandations vaccination rougeole, oreillons, rubéole (ROR) (2003)