La grippe est une maladie provoquée par les virus Influenza A et Influenza B.

Les premiers symptômes de la grippe incluent notamment une sensation de malaise général, un abattement, une brusque poussée de fièvre, des frissons, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires, généralement suivis d’une perte d’appétit et de vertiges. Fréquemment, les patients font état de gêne oculaire, notamment lors de mouvements latéraux, de photophobie, de larmoiements et de sensations de brûlure.

grippe influenza 1918
Soldats américains hospitalisés durant la grippe espagnole de 1918
Photo: National Museum of Health and Medicine, Licence Creative Commons

La deuxième phase se caractérise par l’intensification des symptômes respiratoires, tels que toux sèche, maux de gorge, enrouement et écoulement nasal. Les enfants présentent fréquemment des symptômes gastro-intestinaux importants, tels que nausées, vomissements, maux de ventre et diarrhées. La fièvre, symptôme le plus visible, augmente rapidement au cours des 12 premières heures pour atteindre des valeurs supérieures à 38°C, avec des pics à 41°C. La fièvre dure en général 3 jours, parfois avec une évolution intermittente en cas d’administration de médicaments contre la fièvre (antipyrétiques), mais elle peut persister jusqu’à 8 jours.

La convalescence dure en moyenne 1 à 2 semaines, mais peut s’étendre sur quelques semaines de plus.

Chaque hiver en Suisse, entre 100 000 et plus de 300 000 affections grippales conduisent à des consultations médicales.

Incidence influenza
Source: OFSP - Bulletin 32 du 6 août 2018

 

Si toute personne peut présenter des complications dues à la grippe, le risque augmente notablement pour certaines catégories de la population.

Les complications les plus courantes sont la sinusite, l’otite moyenne, la bronchite, la pneumonie ou la laryngite. Cependant, d’autres affections potentiellement mortelles peuvent apparaître telles que pleurésie, myosite, myocardite ou péricardite suivie d’une cardiopathie dilatative, cardiomyopathie, infarctus du myocarde ou choc toxique. La méningite, l’encéphalite, la myélite ainsi que la polyradiculite de Guillain-Barré figurent au nombre d’autres complications sévères.

La grippe est ainsi à l’origine d’un millier d’hospitalisations par hiver. Chaque année en Suisse, au minimum 400 décès sont dus à la grippe, et leur nombre peut dépasser le millier lors d’épidémies de grande ampleur.


Pour en savoir plus :

Participez à la surveillance de la grippe en Suisse

Rapport hebdomadaire des affections grippales

PDF - Grippe saisonnière 2017/18

 PDF - Questions fréquentes sur la grippe saisonnière (2018)

PDF - Grippe saisonnière : foire aux questions (2018)

 

Vaccins contre la grippe

Les vaccins contre la grippe contiennent les protéines de surface des 3 ou 4 souches virales considérées comme les plus probables de circuler pendant l’hiver en Suisse. Ils ne contiennent pas de sel d’aluminium.

Pour rester efficace, la vaccination doit être répétée chaque année, entre septembre et décembre, même lorsque les virus en circulation et les vaccins ne changent pas.

 

Recommandations pour toutes et tous

La vaccination reste la prévention la plus simple, efficace et économique pour se protéger soi-même et son entourage de la grippe et de ses complications. La période idéale de vaccination va de mi-octobre à mi-novembre.

 

Recommandations pour personnes à risque accru de complications

  • les personnes de 65 ans et plus
  • les personnes (dès l’âge de 6 mois) avec l’une des maladies chroniques suivantes:
    • maladies cardiaques
    • maladies pulmonaires (par exemple, asthme)
    • troubles métaboliques affectant les fonctions cardiaque, pulmonaire ou rénale (par exemple, diabète ou obésité morbide, IMC >= 40)
    • troubles neurologiques (par exemple, maladie de Parkinson, troubles cérébrovasculaires) ou de l’appareil locomoteur affectant les fonctions cardiaque, pulmonaire ou rénale)
    • hépatopathies ou insuffisance rénale
    • asplénie ou trouble fonctionnel de la rate (y compris hémoglobinopathie)
    • immunodéficience (par exemple, infection VIH, cancer, thérapie immunosuppressive)
  • les femmes enceintes ou ayant accouché au cours des 4 semaines précédentes
  • les enfants nés prématurément (nés avant la 33e semaine ou avec un poids inférieur à 1500g à la naissance) dès l’âge de 6 mois pendant les deux premiers hivers suivant la naissance
  • les résidents des maisons de soins et des établissements pour patients atteints de maladies chroniques

 

Recommandations pour personnes à risque accru d'exposition et/ou de transmission

  • Personnel médical et personnel soignant
  • Entourage familial des personnes à risque élevé de complications

 

Degré de protection des vaccins contre la grippe

Si les antigènes contenus dans le vaccin correspondent aux virus en circulation, la vaccination offre aux enfants et adultes en bonne santé une protection efficace contre la maladie dans 70 à 90% des cas. Pour un certain nombre de personnes faisant partie d’un groupe à risque, et notamment chez les personnes âgées, la vaccination contre la grippe est moins efficace mais permet toutefois de réduire la morbidité et la mortalité grippale dans des proportions allant de 40 à 70%.

 

Effets secondaires connus des vaccins contre la grippe

La vaccination antigrippale est très sûre. Ses effets sont connus et, depuis 1945, plusieurs milliards de doses ont été administrées dans le monde entier. Tous les vaccins antigrippaux trivalents utilisés en Suisse à l’heure actuelle sont inactivés, ils ne contiennent donc pas de virus infectieux de nature à provoquer une grippe, mais uniquement les antigènes de trois souches de virus de la grippe momentanément en circulation (une souche de chacun des virus A/H1N1, A/H3N2 et Influenza B).

L’effet secondaire potentiel le plus fréquent est, chez 10 à 40% des personnes vaccinées, une légère réaction locale au point d’injection, qui s’estompe au bout de quelques heures à deux jours, sans thérapie. On observe des symptômes généraux sans gravité tels que fièvre, nausées, douleurs musculaires, articulaires et céphalées, ainsi que d’autres symptômes grippaux chez 5 à 10% des personnes vaccinées.

Les réactions graves de type allergique – angio-œdème, asthme, anaphylaxie – sont très rares (moins de 1 cas pour 10 000 vaccinés) et s’expliquent en général par une hypersensibilité aux protéines de l’œuf de poule. Des phénomènes indésirables neurologiques, par exemple un syndrome de Guillain-Barré (SGB), sont également très rares.


Pour en savoir plus :

Se vacciner contre la grippe

PDF - Fiche vaccination grippe saisonnière (2013)

PDF - Protégez-vous contre la grippe durant la grossesse: faites-vous vacciner! (2017)

PDF - Fiche d’information: Vaccination contre la grippe (2017)

 PDF - Grippe: Recommandations pour la vaccination contre la grippe (2011)

 PDF - Recommandation de la vaccination contre la grippe - version courte (2017)

 PDF - La grippe, non. Le vaccin, oui ! Information à l’intention des professionnels de la santé (2017)