InfoVac

InfoVac : La ligne directe d'information sur la vaccination !

Méningoencéphalite à tiques

tique1Les tiques peuvent être infectées par plusieurs microbes et donc transmettre diverses maladies.

Les deux plus importantes sont la borréliose (maladie de Lyme) et la méningoencéphalite à tiques, connue sous le nom de méningoencéphalite vernoestivale (FSME) par référence aux saisons (printemps-été) pendant lesquelles elle sévit.

Le risque de ces deux maladies peut être diminué en se protégeant contre les tiques (habits, repellents, etc).

La borréliose étant causée par une bactérie, son traitement repose sur des antibiotiques. Par contre, la méningoencéphalite à tiques est une infection virale pour laquelle il n’y a pas de traitement spécifique. La seule protection réellement efficace contre la méningoencéphalite à tiques (FSME) repose donc sur la vaccination.

Les tiques infectées par le virus FSME sont essentiellement présentes au Nord-Est de la Suisse, mais également dans d’autres régions, y compris en Suisse Romande. Environ 1% des tiques sont infectées par le virus.

Le risque de méningoencéphalite est donc actuellement élevé dans ces régions.

Après une piqûre par une tique infectée, l’infection transmise ne cause le plus souvent aucun symptôme. Chez une minorité de personnes, des symptômes semblables à une grippe (fièvre, douleurs dans les membres) surviennent entre 2 et 28 jours après la piqûre. Ces symptômes disparaissent après quelques jours, la personne étant ensuite immunisée à vie.tique2

Mais chez 5 à 15% des personnes malades, une méningite apparaît 4-6 jours plus tard, l’infection pouvant s’étendre au cerveau (méningoencéphalite).

Les symptômes incluent une raideur de nuque, un engourdissement mental et des paralysies. Fatigue, problèmes de concentration, de mémoire, de sommeil et vertiges peuvent durer des semaines ou des mois, pour finalement disparaître dans la plupart des cas.

Dans les formes les plus graves, des séquelles permanentes sont possibles. Un décès survient chez une personne sur cent, essentiellement des patients âgés.

En règle générale, les petits enfants sont moins souvent et moins gravement malades que les adultes.

Les méningoencéphalites transmises par les tiques peuvent être évités par la vaccination !  

Pour en savoir plus : 
- Carte des régions à risques en Suisse (lien)
- Fiche sur la vaccination contre la méningoencéphalite à tiques

Régions à risques de méningo-encéphalite verno-estivales en dehors de Suisse :
- Description des territoires à risques par Baxter, producteur / distributeur de vaccins : cliquer ICI
- Carte des territoires à risques par Baxter, producteur / distributeur de vaccins : cliquer ICI
- Carte des territoires à risques par Novartis Pharma, producteur / distributeur de vaccins : cliquer ICI